Partager

    INFO

    ANNULATION BARBE-BLEUE

    En raison de cas Covid parmi les danseurs du Tanztheater Wuppertal Pina Bausch, nous sommes dans l'obligation d'annuler les séances de Barbe-Bleue jusqu'à la fin des représentations prévues.

    Tous les détenteurs de billets pour les dates annulées seront contactés par mail pour les modalités de remboursement. Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter par mail le service billetterie à relations-publiques@chatelet.com .

    Nous sommes désolés de cette situation. Merci de votre compréhension.

    Dans le cadre du festival

    Intégrale des symphonies de Franz Schubert

    Réserver

    réserver

    Vendredi
    27 janvier 2023
    20h00

    • Grande Salle
    • de 10 à 45 €
    • Pass châtelet

    Programme

    Symphonie 2 en si b majeur D 125
    Symphonie 4 en ut mineur D 417 « Tragique »
    Symphonie 6 en ut majeur D 589

    La Deuxième Symphonie en si bémol  (1814-1815) montre un Schubert se dégageant plus franchement des influences classiques. Brahms admirait particulièrement cette oeuvre, et notamment la façon très libre qu’a Schubert de modifier les thèmes une fois qu’ils ont engendré une partie plus ou moins grande de mouvement. Si le Largo-Allegro vivace initial est le mouvement le plus audacieux sur le plan des modulations et de la forme, le finale trouve son unité dans sa structuration rythmique plus encore que dans l’originalité de son évolution tonale.

    La Quatrième Symphonie en ut mineur «Tragique»  (1816), baptisée ainsi par le compositeur lui-même, n’est pas tragique en fait, mais plutôt pathétique : elle porte la marque de l’inquiétude jetée dans l’âme de Schubert par le Beethoven des Quatuors op. 18 et de l’ouverture de Coriolan, notamment.

    La Sixième Symphonie en ut (octobre 1817-février 1818), composée à l’apogée de l’engouement des Viennois (et de toute l’Europe) pour Rossini, est quelque peu adaptée à son époque, avec la succession méthodique de thèmes du premier mouvement, pleins d’effets alla Rossini dans les bois, et les audaces harmoniques de Schubert se limitant surtout à la section du développement. Schubert rend cependant hommage à Beethoven dans un Scherzo interrompu par des sforzandos en coups de poignard, comme les scherzos des Première et Septième Symphonies de Beethoven. Mais, jusque dans ses hésitations, la Sixième Symphonie témoigne de la part de Schubert d’une recherche constante et fort personnelle dans la direction de la grande forme, dont l’autre symphonie en ut majeur sera l’aboutissement.

    Patrick Szernovicz (extraits du programme du Bicentenaire Schubert au Châtelet en 1997)

    Retrouver les dernières actualités
    du Théâtre du Châtelet !

    Newsletter

    S'inscrire à notre
    Newsletter

    Inscription indisponible... Réessayez plus tard.

    Votre navigateur est obsolète

    Pour une expérience optimale,
    gardez votre navigateur à jour.