Partager

Kim Brandstrup

Biographie

Kim Brandstrup a étudié la danse au Danemark et à la London Contemporary Dance School. Il a remporté en 2016 le Prix national de la danse de la meilleure chorégraphie contemporaine décerné par le Critics’ Circle pour Nuit transfigurée (Schoenberg, Rambert Dance Company), le Prix Laurence Olivier 2010 de la Meilleure production de danse pour Goldberg : The Rojo/Brandstrup Project (Bach, Royal Ballet) et le Prix Olivier 1990 de l’accomplissement exceptionnel en danse pour Orfeo (London Contemporary Dance Theatre).

Récemment, il a chorégraphié Peter Grimes (Britten) au Teatro Real de Madrid, Billy Budd (Britten), prix Laurence Olivier de la meilleure production d’opéra 2020, à Madrid et Covent Garden, Blanc au Festival Fall for Dance du New York City Center, La Traviata (Verdi) au Théâtre des Champs-Élysées, Danse pure – In Absentia au Sadler’s Wells Theatre, Médée (Cherubini) à l’Opéra de Wexford, Eugène Onéguine (Tchaïkovski) au Metropolitan Opera de New York, Between Worlds (Davies), Mort à Venise (Britten), Les Noces de Figaro (Mozart) et Eugène Onéguine (Tchaïkovski) à l’English National Opera, Rystet Spejl au Ballet royal danois, Jeux (Debussy) au New York City Ballet, La Nuit transfigurée avec la Rambert Dance Company, Léda et le cygne (d’après Diacritical Marks de Muhly) au Festival Deloitte Ignite de Covent Garden, The Ceremony of Innocence (d’après Britten) au Royal Ballet, au Festival d’Aldeburgh et à Copenhague, Metamorphosis: Titian « Machina » avec Wayne McGregor au Royal Ballet, Ghosts (Biber, Vivaldi et Schnittke) au Ballet royal danois, Invitus, Invitam (Adès et Couperin) et Goldberg au Royal Ballet, Médée au Théâtre des Champs-Élysées, Guillaume Tell (Rossini) à l’Opéra national des Pays-Bas et au Metropolitan Opera, The Fairy Queen (Purcell) à Glyndebourne, Paris et New York, La Chute de la maison Usher (Debussy) au Festival de Bregenz, Pulcinella (Stravinsky) au Birmingham Royal Ballet, White Lead (Scarlatti) au Ballet royal suédois, Two Footnotes for Ashton (Haendel et Gluck) à Covent Garden, New York et Bucarest, Songs of a Wayfarer (Mahler) avec la Rambert Dance Company, les films Piano Tuner of Earthquakes (Alan Passes et les frères Quay) et Orfeo (les frères Quay, pour le 400e anniversaire de l’opéra de Monteverdi), La Dame de pique (d’après Tchaïkovski) à Montréal, Place of Stone (Jones et Gottschalk) au ballet national de Norvège, La Belle au bois dormant (Tchaïkovski) au Ballet national de Nouvelle-Zélande, etc.

Kim Brandstrup a aussi mis en scène Les Sept Péchés capitaux (Weill) à l’Opéra national de Grèce et L’Heure où nous ne savions rien l’un de l’autre (Handke) à Malmö.


Retrouvez cet artiste dans...

Et Aussi

S'inscrire à notre
Newsletter

Inscription indisponible... Réessayez plus tard.

Votre navigateur est obsolète

Pour une expérience optimale,
gardez votre navigateur à jour.