Partager

09 Oct. 2020

Danse

©Anja Beutler

20 danseurs pour le XXe siècle et plus encore

Dans cette anthologie de la danse au siècle passé, le corps seul suffit à écrire l’histoire. Disséminés à travers l’espace, vingt danseurs réinterprètent des chorégraphies iconiques, ou populaires, acclamées ou oubliées qui en ont nourri l’histoire. Boris Charmatz décline ici le principe d’une collection d’archives vivantes, elle-même en mouvement, augmentée pour l’occasion d’une extension vers le XXIème siècle. Les danseurs y réalisent des solis de chorégraphes emblématiques et des démonstrations de danses populaires pour constituer un répertoire des marqueurs stylistiques depuis la modernité. Dépouillé de tout dispositif spectaculaire, sans lumière, ni décor, chaque solo est simplement introduit par une courte présentation orale. La neutralisation des artifices offre ainsi la possibilité de percevoir la partition dans son incarnation brute, alors ramenée à sa seule physicalité.

Boris Charmatz reformule le protocole théâtral en déplaçant ses danseurs essentiellement hors de l’espace scénique. Après avoir investi les collections du MoMA et de la Tate Modern, les salles de lecture de la bibliothèque des Champs Libres à Rennes, l’espace public berlinois ou les galeries de l’Opéra de Paris, le projet prend place dans les foyers, galeries, hall et escaliers du Théâtre du Châtelet. Lieux de passage et surfaces anonymes y deviennent des espaces de représentation éphémères, qui désorientent les conditions ordinaires de la réception esthétique. L’abolition du « quatrième mur » aménage en effet une proximité et une frontalité inhabituelles, en même temps qu’elle donne au spectateur son autonomie, lui permettant de choisir sa distance et son point de vue. Le public déambule ainsi, en groupe ou isolé, formant une multitude vivante, émancipée de la discipline et de l’immobilisme auxquels il est normalement astreint.

La libre circulation des spectateurs favorise également la mobilité des perceptions. D’un geste à l’autre, d’un style à un autre, c’est une histoire vivante de la danse faite de sauts, d’échos et de ruptures qui se déroule sous les yeux. Encouragée par la simultanéité des actions et le nivellement des scènes, la déambulation devient une façon de naviguer entre les époques et les styles à partir de fragments de pièces et d’écritures en éclats, à rebours de toute lecture linéaire. Le choix de faire appel à des danseurs de différentes générations appuie cette intention en confrontant les mémoires, les sensibilités et les interprétations de chacun. Ces effets de disruption ou de continuité permettent enfin de déconstruire les hiérarchies entre les genres. Convoquant l’art savant et les pratiques urbaines, les danses folkloriques comme la performance conceptuelle, 20 danseurs pour le XXe siècle et plus encore tisse des liens accidentels entre les genres et les langages artistiques, pour redéfinir les lignes de partage au sein de nos imaginaires collectifs. A travers ce panorama résolument inclusif, les danseurs donnent à voir la richesse du patrimoine chorégraphique moderne et contemporain, un héritage qui s’éprouve en chair plus qu’il ne se prouve dans de grands discours.

Florian Gaité

 

Newsletter

Retrouver les dernières actualités du Théâtre du Châtelet !

S'inscrire à notre
Newsletter

Inscription indisponible... Réessayez plus tard.

Votre navigateur est obsolète

Pour une expérience optimale,
gardez votre navigateur à jour.