Partager

08 Oct. 2020

3 questions à Damon Albarn

Tantôt aux claviers, tantôt derrière l’une des nombreuses percussions de l’orchestre, Damon Albarn ne cesse jamais de jouer. Pour chercher une mélodie, un rythme ou transmettre une idée au collectif de musiciens réunis. Pour Le Vol du Boli, son quatrième opéra (après Monkey, Journey to the West, Dr Dee et wonder.land), le prolifique musicien s’est associé à Abderrahmane Sissako pour créer une ”œuvre chargée d’émotion”.

Comment avez-vous découvert les musiques africaines ?

Je vais depuis toujours chez Honest Jon’s (grand disquaire indépendant de Londres). C’est un endroit fabuleux où il y a des disques du monde entier, et surtout d’Afrique. On y trouve des choses rares et formidables. J’ai ainsi pu absorber beaucoup de styles et connaître plein d’artistes pendant des années, bien longtemps avant de travailler à mon tour en Afrique.

Au début des années 2000 vous commencez à collaborer avec des artistes locaux…

Oui, et j’ai beaucoup voyagé depuis, comme producteur et comme musicien. On a enregistré sur tout le continent, en Algérie, au Maroc, en Afrique du Sud, au Mali, en Guinée… Il y a eu beaucoup de beaux projets : Mali Music, Africa Express, Kinshasa One Two, les production du label Honest Jon’s… Le plus dur finalement, c’est de se détacher du rythme binaire qui fait partie de notre conception musicale, de se libérer des tonalités habituelles. Il faut se défaire de son bagage et s’ouvrir. Aujourd’hui, avec tous les musiciens, on a créé une sorte de socialisme musical, où chacun met sa touche et apporte son propre son.

Qu’est-ce que Le Vol du Boli ?

C’est une pièce métaphysique. Il s’agit de percevoir l’essence de ce qu’est ce continent. Pour absorber toutes les vibrations de cette Histoire africaine, il faut vraiment ouvrir l’esprit du public. Chacun pourra ensuite se faire son propre boli, lire et découvrir ce qu’il veut chercher dans cette immense Histoire et ces cultures. Le Vol du Boli est un voyage émotionnel intérieur pour chacun d’entre nous. 

 

À lire aussi

;

Newsletter

Retrouver les dernières actualités du Théâtre du Châtelet !

S'inscrire à notre
Newsletter

Inscription indisponible... Réessayez plus tard.

Votre navigateur est obsolète

Pour une expérience optimale,
gardez votre navigateur à jour.