Partager

Dates

Cartes Adhérents

Soliste, Tandem, Tribu et Jeune sont des cartes d'adhérents permettant de bénéficier de réductions de -15% à -60% sur une sélection de représentations.

Robins des Bois

Vous souhaitez être « Robin des Bois » et offrir des places de spectacles ? Contactez-nous à developpement@chatelet.com en indiquant vos coordonnées, et le ou les spectacles pour lequel vous souhaiteriez offrir des places.

De par son environnement familial, la chanteuse malienne Rokia Traoré a baigné dès son enfance dans un univers mêlant étroitement tradition et modernité. Son père joue du saxophone, ses sœurs entonnent des chants traditionnels lors des cérémonies familiales, elle-même écoute du jazz, du blues et toutes les musiques irriguant les années 70 et 80. Si elle a vécu en Europe, et notamment en France dans les années 1990, elle a choisi de s’installer à Bamako en 2009. Très proche du monde des griots maliens, Rokia Traoré n’hésite pas à mêler dans son écriture la musique mandingue et les influences occidentales. Son talent ne passe pas inaperçu : remarquée par le grand chanteur et musicien Ali Farka Touré, elle enregistre son premier disque en 1998 sous sa direction artistique.

S’ensuivent quatre albums et de nombreuses collaborations avec Eric Truffaz, Alexandre Tharaud, Ibrahim Maalouf… En dehors de ses concerts, elle se produit au théâtre, que ce soit au Festival d’Avignon ou sous la direction de Peter Sellars. Sa notoriété grandit, elle devient une des voix féminines qui comptent en Afrique avec Angelique Kidjo et Asa. Elle chante dans les plus grandes salles, tout en continuant à puiser aux sources de la culture de l’Empire du Mali. En 2005, cette artiste dotée d’une voix exceptionnelle a participé aux États-Unis à un spectacle consacré à l’immense Billie Holiday, dont elle revendique l’héritage. C’est à une autre légende, la chanteuse sud-africaine Miriam Makeba, qu’elle a souhaité cette fois rendre hommage, avec son spectacle Il était une fois, une rose de fer…

Celle que l’on avait surnommée « Mama Africa » s’était fait connaître dans le monde entier en 1967 avec sa chanson « Pata Pata » (reprise en français en 1980 par Sylvie Vartan sous le titre « Tape Tape »). D’origine sud-africaine, Miriam Makeba (1932-2008) était une figure de la lutte contre l’apartheid. Sa participation au film Come Back to Africa lui vaudra d’ailleurs d’être déchue de sa nationalité par l’État sud-africain. Son mariage avec Stokely Carmichael, l’un des chefs (contestés) des Black Panthers américains, et leur engagement pour les droits civiques leur attirent des ennuis avec la justice américaine, qui les obligent à s’exiler en Guinée. En 1965, elle avait été la première femme noire à obtenir un Grammy Award, pour le disque « An evening with Harry Belafonte and Miriam Makeba ». Ce n’est que dans les années 1990 qu’elle retrouvera son sol natal d’Afrique du Sud, à la demande de Nelson Mandela.

Galerie de médias

WikiCommons

"Pata Pata" au Ed Sullivan Show en 1967

Playlist

S'inscrire à notre
Newsletter

Inscription indisponible... Réessayez plus tard.

Votre navigateur est obsolète

Pour une expérience optimale,
gardez votre navigateur à jour.