Orientation transversale

Dimitris Papaioannou

La nouvelle création de Dimitris Papaioannou "Orientation transversale" ne peut avoir lieu aux dates prévues, suite aux dernières annonces gouvernementales.
Nous étudions la possibilité d'un report plus tard dans la saison et communiquerons aux spectateurs très prochainement les modalités de remboursement ou d'échange des billets.

Partager

17 Déc. 2020

Article

Marc-Olivier Dupin

Interview du compositeur Marc-Olivier Dupin

Le compositeur Marc-Olivier Dupin aime créer des projets pluridisciplinaires pour le théâtre ou le cinéma documentaire. Dans Le Petit Prince,il propose, avec la complicité des dessins de Joann Sfar, un regard moderne sur cette œuvre intemporelle.

Comment s’empare-t-on d’une histoire que tout le monde connaît ? 

Face à des textes comme celui-là, je ne pense pas qu’il y ait une approche particulière. Quand l’idée est venue, j’ai bien sûr relu la version de Saint-Exupéry mais j’ai très vite trouvé celle de Joann Sfar. Je l’ai beaucoup aimée car je trouvais qu’elle préservait les choses essentielles du texte de Saint-Exupéry, mais en apportant une énergie et une modernité qui me plaisaient beaucoup. Je ne voulais pas faire une œuvre trop longue, car la question de la durée est déterminante. Il fallait donc trouver une forme musicale adaptée tout en restant le plus proche du texte d’origine.

Comment avez-vous adapté le récit ?

Il y a des choses très illustratives dans ce que j’ai composé, d’autres qui le sont moins. J’ai respecté le découpage des séquences avec les univers des petites histoires à l’intérieur de la grande histoire du Petit Prince. J’ai essayé de trouver pour chaque séquence un climat, une couleur tout en étant respectueux et en adéquation avec les idées de Saint-Exupéry.

Que vous a inspiré la relecture de Sfar ? 

Le Petit Prince a tout de suite été pensé avec la projection de ses images. Nous n’avons pas travaillé directement ensemble mais Joann Sfar m’a fait confiance. Nous avons un autre projet d’ailleurs avec l’Orchestre de chambre de Paris autour cette fois de la BD Monsieur Crocodile a beaucoup faim que je trouve extraordinaire et d’une drôlerie absolue !

Vous avez composé Le Petit Prince pour quatuor (piano, clarinette, violon, violoncelle). Puis, vous avez développé une seconde version pour orchestre. Que cela vous a-t-il apporté ? 

Les deux versions sont un peu différentes. La version de chambre est évidemment plus intime. La version d’orchestre est par nature beaucoup plus colorée, avec la diversité des timbres. J’adore écrire pour orchestre, j’ai l’impression d’être dans un magasin de couleurs, d’une richesse inépuisable !

Comment s’est fait le choix d’une seule voix pour tous les personnages ?

Il y avait deux solutions. Soit polyphonique, en faisant appel à de multiples voix de comédiens ou de chanteurs, soit au contraire en se disant que c’est le récit d’une seule personne, du narrateur. C’est ce parti que j’ai pris. Parmi les nombreuses qualités de Benoît Marchand, j’apprécie énormément sa capacité à lire la musique, ce qui est essentiel pour un tel projet. Donc l’imbrication texte et musique est très fluide. L’ensemble est s’entremêle, il n’y a pas de grandes plages de musique puis de texte qui alternent.

Vous retrouvez au Châtelet l’Orchestre de chambre de Paris. Aimez-vous diriger vos œuvres ? 

Je dirige avec grand plaisir mon propre travail. Il y a une fraîcheur d’attitude, de regard et d’écoute des musiciens qui est formidable quand on réalise des créations. Je pense que c’est beaucoup plus difficile de la trouver avec des œuvres qui ont été beaucoup jouées. J’aime faire découvrir aux musiciens des choses nouvelles, ça crée un lien très particulier. Je suis très heureux d’avoir enregistré le Petit Prince avec eux et de les retrouver “en public” !

À lire aussi

;

Newsletter

Retrouver les dernières actualités du Théâtre du Châtelet !

S'inscrire à notre
Newsletter

Inscription indisponible... Réessayez plus tard.

Votre navigateur est obsolète

Pour une expérience optimale,
gardez votre navigateur à jour.