Partager

Au cours d’une chasse, Actéon surprend au bain la déesse Diane et ses compagnes alors qu’elles croyaient se trouver à l’abri de tout regard indiscret. Diane s’en aperçoit et, furieuse de l’audace du chasseur, le métamorphose en cerf. Il est alors poursuivi et mis en pièces par ses propres chiens. Marc-Antoine Charpentier, fidèle au récit que fait Ovide dans son livre III des Métamorphoses, compose un« opéra de chasse » au milieu des années 1680, bien loin des aimables idylles et divertissements précieux auxquels on destinait souvent ce type de court format. En effet, Actéon est un opéra fulgurant où, en seulement 40 minutes, le temps d’un acte divisé en six scènes, on passe du divertissement insouciant à la tragédie absolue.

Intuition géniale de la part de Charpentier et de son librettiste anonyme, l’opéra semble dérouler une intrigue « en temps réel » ; aucune ellipse temporelle, c’est bien en 40 minutes qu’Actéon accomplit son destin sous nos yeux.

  • Le résultat est fascinant. Le Monde
  • La sonorité raffinée et boisée des Cris de Paris fait merveille. La Croix
  • Un opéra de poche à (re)découvrir absolument. Classicagenda
  • Entre simplicité du dispositif théâtral et raffinement des effets cinématographiques, cette œuvre contemporaine audacieuse vaut sans aucun doute le détour ! Arte.tv
  • L’ensemble est rehaussé par une photographie particulièrement belle, sublimée par des jeux de lumières et d’ombres équilibrés aussi efficaces qu’originaux. Olyrix
  • Encore une fois […] Benjamain Lazar sait apporter une vision contemporaine à chaque œuvre lyrique, et cela en tout naturel et sans fatras : c’est peut-être là le plus admirable ! ResMusica
  • C’est une façon magique, pour qui ne la connait pas, d’entrer dans l’œuvre de Marc-Antoine Charpentier. La musique est belle et c’est merveilleusement mis en scène. Philippe Chevilley / France Culture
  • Un emballage moderne qui sied tout à fait àl’écran […] une exécution impeccable, riche en reliefs et en émotions. Télérama

Geoffroy Jourdain, Benjamin Lazar et Corentin Leconte ont imaginé un film en plan séquence, à la frontière de l’opéra, du théâtre et du cinéma. Le mode de répétitions est une réponse à la crise sanitaire :  du 4 septembre au 3 octobre 2020, Les Cris de Paris se sont associés aux festivals d’été qui n’ont pu accueillir les productions initialement prévues, pour des résidences de création et de médiation. En formation réduite d’une douzaine d’interprètes à chaque fois, ils ont interprété la musique d’Actéon, lors de répétitions publiques, commentées, d’ateliers de travail avec les publics des territoires des Festivals des Abbayes en Lorraine, de La Chaise-Dieu, Sinfonia en Périgord, du Midsummer Festival de Hardelot, et du Festival d’Ambronay. Les Cris de Paris ont ainsi  traversé la France en format minimal (7 chanteurs et 6 instruments), réunissant à chaque fois des équipes différentes, et ont présenté un travail en cours, une étape dans la réalisation de cette production audiovisuelle, laquelle a été interprétée par l’ensemble des acteurs de cette tournée expérimentale (trente deux interprètes).  Non seulement la musique mais aussi la dramaturgie ont pu s’affiner dans le contact avec les spectateurs : ainsi est née l’idée d’un prologue où un personnage (interprété par la comédienne Judith Chemla) préparerait le spectateur à l’histoire et le conduirait vers le temps mythologique.

La totalité de l’équipe a été réunie le mardi 1er décembre et après 5 jours d’intenses répétitions entre tous les corps de métiers, Actéon a été tourné en un plan-séquence le 6 décembre à 15h30 au Théâtre du Châtelet.


En partenariat avec Camera Lucida productions, Les Cris de Paris et Le Théâtre de l’Incrédule.
Les Cris de Paris remercient le Festival des Abbayes en Lorraine, le Festival de La Chaise-Dieu, le Festival Sinfonia en Périgord, le Midsummer Festival – Hardelot, et le Festival d’Ambronay, qui ont accueilli les répétitions musicales d’Actéon du 4 septembre au 3 octobre 2020. Ils remercient également la Fondation Bettencourt Schueller d’avoir soutenu ces cinq résidences de création.

Galerie de médias

Capture d'écran © Camera Lucida productions

La femme qui rêve (Judith Chemla ), entourée du chœur des Cris de Paris

Capture d'écran © Camera Lucida productions

Une des compagnes de Diane, surprise au bain.

Capture d'écran © Camera Lucida productions

Le chœur des Cris de Paris

Capture d'écran © Camera Lucida productions

L'orchestre des Cris de Paris

Capture d'écran © Camera Lucida productions

Actéon transformé en cerf.

Capture d'écran © Camera Lucida productions

Junon (Marielou Jacquard)

Capture d'écran © Camera Lucida productions

Actéon, transformé en cerf.

Dessin préparatoire

Articles associés

S'inscrire à notre
Newsletter

Inscription indisponible... Réessayez plus tard.

Votre navigateur est obsolète

Pour une expérience optimale,
gardez votre navigateur à jour.