Partager

26 Mar. 2019

La vie du Théâtre

Ruth Mackenzie et Thomas Lauriot dit Prévost

Après une fermeture de deux ans et demi pour rénovation, le Châtelet rouvrira ses portes en septembre 2019 sous la direction conjointe de Ruth Mackenzie et Thomas Lauriot dit Prévost. Comment voient-ils l’avenir de ce théâtre ? Les spectacles programmés hors les murs durant les travaux en ont déjà donné une idée : le nouveau Châtelet se veut un théâtre ouvert et innovant.

Même avec une prise de fonction en 2017 dans un théâtre fermé, vous avez pu démarrer une programmation…

Ruth Mackenzie Oui, c’était une vraie chance d’avoir pu commencer au moment de cette fermeture. Nous avons programmé BambinO, un opéra pour bébés entre 6 et 18 mois, présenté dans des conservatoires, des bibliothèques, des mairies, au CENTQUATRE, tous ces lieux qui appartiennent aux citoyens. S’il s’adressait à des tout-petits, ce n’était pas pour autant un opéra moins intéressant ou moins bien fait qu’un autre, bien au contraire ! Et il s’agissait d’un opéra sans barrière, où les enfants pouvaient venir sur scène à côté des chanteurs.

Thomas Lauriot dit Prévost Il y a eu la belle aventure de Singin’ in the Rain au Grand Palais, et aussi Kadamati, la chorégraphie géante et gratuite sur le parvis de l’Hôtel de Ville en collaboration avec le Théâtre de la Ville, Picasso Circus avec le Musée d’Orsay dans la Grande Nef. Nous avons voulu mettre en place une démarche populaire dès le début. Cela nous a permis de montrer le cap, d’aller à l’extérieur à la rencontre des spectateurs.

Thomas Amouroux
L’opéra pour bébé, Bambino

Comment toucher un public nouveau ?

TLDP L’un de nos axes prioritaires reste de favoriser l’accès des spectacles à des publics issus de milieux socioculturels moins aisés que ceux qui ont déjà des pratiques culturelles très développées. Par exemple, Abd Al Malik réalise des ateliers avec des jeunes de Seine-Saint-Denis pour Les Justes. Il a construit son spectacle de façon participative en testant et créant les mots et la musique avec eux. Pour Parade, une troupe du Mozambique a pu intégrer cent amateurs à sa fanfare après une série d’ateliers réalisés à Paris en mars. Nous allons ainsi au-devant de personnes qui n’avaient pas forcément identifié que des propositions les concernant pouvaient être présentées au Châtelet. Ensuite, si ces spectateurs potentiels viennent chez nous, ce sera formidable. Dans tous les cas, nous aurons provoqué une rencontre : sortir de ses murs est déjà en soi une aventure, un voyage, une histoire que l’on partage avec ces publics.

RM Nous souhaitons également consacrer une part de notre programmation aux enfants et aux familles. L’été dernier, dans le cadre de Paris Plages à la Villette, nous avons proposé des animations gratuites pour les enfants, dirigées par les performeurs de la compagnie STREB Extreme Action. Nous les retrouverons pour le spectacle de réouverture du Théâtre, lequel commencera par une parade gratuite dans la rue. La reprise d’Un Américain à Paris vise aussi un public familial, au moment des fêtes de fin d’année. Et d’autres propositions s’adresseront également spécifiquement au jeune public, comme les concerts consacrés à la musique contemporaine que nous programmons en collaboration avec l’Orchestre de chambre de Paris. Notre rôle est de déterminer quels sont les chantiers les plus importants des dix prochaines années afin de changer la vie des Parisiens, changer Paris, changer peut-être même les formes d’art, comme l’ont fait les Ballets russes en leur temps. C’est notre ambition.

TLDP Nous avons besoin de nous nourrir des attentes des gens pour lesquels nous exerçons ce métier. Pour nous, la culture, et plus spécifiquement le spectacle musical, a comme fonction de relier les hommes et les femmes, de leur donner envie de découvrir des choses qu’ils ne connaissent pas et de se découvrir les uns les autres. Ce lien est fondamental, c’est ce qui nous aidera à vivre en commun. Les publics issus de milieux moins aisés et ceux issus de la diversité des communautés sont prioritaires pour nous. Les citoyennes et les citoyens, de par leurs origines diverses, ont une culture mondiale.

RM Mais pour créer du lien, il faut aussi penser au-delà des spectacles. Le travail de Playable City, par exemple, est très intéressant à ce sujet. Nous devons imaginer des animations dans les rues, gratuites et ludiques, à la portée de tous. Nous réfléchissons actuellement à un dispositif qui fait chanter les arbres. Vous imaginez, tous les arbres autour du Théâtre chantant en harmonie ? Et même dans tout Paris !

farrowscreative
L’expérience urbaine Shadowing

Allez-vous poursuivre les partenariats mis en place avec les institutions ?

TLDP Certainement, cela fait partie de notre projet. Il est logique de créer des liens entre les institutions pour toucher d’autres publics : Abd Al Malik va mettre en scène pour nous Les Justes de Camus. Il est ambassadeur des 50 ans du Théâtre de la Ville et interviendra dans le cadre de l’exposition « Le modèle noir » au Musée d’Orsay. Ce sont là deux institutions dont nous sommes très proches.

RM C’est formidable de travailler ensemble ! Rendez-vous compte de tout ce public qui n’était jamais venu au Châtelet et qui maintenant nous connaît : plus de 26 000 personnes pour le week-end Picasso Circus à Orsay l’automne dernier, 68 % de nouveau public au Grand Palais, et les bébés de BambinO !

TLDP Le théâtre n’est pas un lieu fermé. Le dire est une chose, mais il faut joindre les actes aux paroles, il faut sortir du théâtre.

Votre programmation fait la part belle aux femmes…

RM Oui, absolument ! Dans tous les théâtres, ce sont toujours les femmes qui achètent le plus de billets. Et c’est une tradition mondiale ! Mais il est rare que les programmations comprennent beaucoup de femmes, tant dans les sujets des œuvres que dans les équipes artistiques.

TLDP Il faut que les jeunes aient une représentation beaucoup plus équilibrée de ce qu’est la création artistique aujourd’hui. Les modèles de héros ou d’artistes qu’on leur donne habituellement induisent dans leur esprit que pour réussir, il faut être un homme. Aujourd’hui la surreprésentation des hommes donne ce message-là. Et nous voulons casser ce modèle. Pour le démontrer, il faut présenter des artistes femmes.

RM C’est pourquoi nous invitons Elizabeth Streb, Rokia Traoré, Gisèle Vienne ou les Coréennes des Troyennes. Et nos spectacles auront pour héroïnes Joséphine Baker, Miriam Makeba, Cendrillon, Giselle…

Quel est le rôle d’un théâtre en 2019 ?

RM Nous souhaitons réduire le déficit démocratique. Avant même d’avoir acheté un billet, les citoyens de Paris ont déjà payé pour le Théâtre du Châtelet, à travers les impôts de la Ville. Notre devoir est de leur donner accès à la culture, même si c’est ambitieux et difficile. Le rôle des arts et de la culture en France est une priorité au niveau local et national et c’est une très bonne chose.

TLDP C’est un élément de sérieux indispensable. Il ne faut pas être incohérent et dire que d’un côté l’art est fondamental pour créer du lien et de l’autre se retirer des contraintes et des exigences que toute la société a aujourd’hui. On doit être solidaire, au-delà du monde de la culture, avec tout ce qui se passe dans le pays. Il n’y a pas de raison que l’on s’exclue des efforts que tout le monde doit faire. Face aux enjeux complexes et mouvants du monde contemporain, les artistes sont là pour nous aider. Les spectacles doivent faire bouger le public, l’émouvoir, le provoquer, le faire passer d’un état à un autre.

RM Pour nous, il est évident que les arts sont fondamentaux pour la vie, le pays, la politique, la santé, la joie, la souffrance… absolument pour tout ! C’est la chose la plus importante du monde. C’est pourquoi nous devons tous ensemble lutter contre tout ce qui peut entraver l’accès à la musique.

Nous souhaitons réduire le déficit démocratique. Avant même d’avoir acheté un billet, les citoyens de Paris ont déjà payé pour le Théâtre du Châtelet, à travers les impôts de la Ville. Notre devoir est de leur donner accès à la culture, même si c’est ambitieux et difficile.

Newsletter

Retrouver les dernières actualités du Théâtre du Châtelet !

S'inscrire à notre
Newsletter

Inscription indisponible... Réessayez plus tard.